L’espace des errances en solitaire, de la déchéance mais aussi de la rencontre.  Autour de cette place assise se raconte une histoire de famille et la nécessité de se confronter à l’image.   Chercher, dialoguer avec l’absence grandissante.  Le duo souligne les allers-retours entre rejet et appropriation d’une histoire. A ces paroles muettes et ces liens invisibles se substitue une danse tendrement virile.
+ d’infos : https://alexandranpossee.fr/